Historische Vereniging Arnemuiden

Brievenboek 1813-1814

À Son Excellence Le General de Division Gillij

Gouverneur de la Zélande

Resident à Flessingue.

Expire très respectueusement les soussignés patrons des grands batiments pêcheurs, domicile à Arnemuiden.

Que le le petitionnaires ont au recu des orders de Mr. le commandant de cette commune pour avancer avec leurs Batiments au fort Rammekens dans la semaine précédente, fait tous pouvoir pour en obeir; mais mr.  Le petit Marée ( getij), et le vent contraire ils n ont pas satisfaire. Après quoi ils ont en vertu de l’ ordre du dit Mr. le Commandant demonter leurs bâtiments des cordage voiler et pour le metre hors d  état de naviger, actuellement ils sont informé que Mr. le Commandant a recu des nouvelles orderes de vôtre Excellence pour faire partir leurs batiments de la port dans la séaine courante.

Que les petitionnaires se trouvant dans en état penible et très malheureux, à cause de l’ empêche  à la pêche, de quoi la pauvreté et misère monte  de jours en jour; cependant quand ils doivent tranporter leur nacelles (bootjes)  à Rammekens ils sont oblige de tenir une double Ménage vu qui ne peuvent les laisser là sans des garde et quand les dites bâtiments se trouveront au dit fort en cas de glace ou de vente forte sont dans un grand danger.

Raisons de quoi ils s ‘ addressent à vôtre Excellence, le priant devouement que vôtre bonté daigne si en cas que vôtre Excellence ne peut pas l  accorder de faire la pêche devant Flessingue, d ‘accorder à eux que leurs batiments demontés restent dans ces port où ils sont hors de danger et tranquille ou bien de le permettre que ces transportent dans la quai du port de Middelbourg ou au moulins des skiers de la dite ville dans la place dite Komme ? où  ils sont entourné et sous la surveillance de la ij porte. !

Vôtre Excellence très obeisant serviteur.

Een los stuk papier zonder datering.

Monsieur le Sous Préfet.

J ‘ ai bien recu vôtre lettre du 6 courant , avec un ampliation de l  arrête de Monsieur le Préfet du 2 du meme mois, concernant le versement des Effets appartenant à ma commune, et aijant en cours en Hollandes dans la caisse centrale d ‘Amsterdam j ‘ai l honneur  de vous informer ,que tous les Effets appurtenant à ma commune, par moi le 20 Avril 1813 avec une Missive et Bordereau en double expedition sont envoijé à Monsieur le Préfet envertudu arête du 10 du meme mois, dont  je n ‘ai pas encore recu un acquit, et que ma commune n ‘a pas d ‘autre

Effets quelconque.

J’  ai l  honneur d ‘être avec une parfaite consideration.

Vôtre très humble Serviteur

Corn: Dan:  Baars.

Arnemuiden

Le 16 Juin 1813.

Monsieur le Sous Préfet.

Sous autres articles proposé par le Conseil Municipal dans le Budget de l ánnée courante, qui ne sont pas alloué  par Mr. le Préfet il y a  une Somme de fr. 30: chap 11 art.17 Reverbères, Salubrité. Cette Somme qui est toujour paijé par l ‘ancien Municipalité, à pour but de tenir la place proper, comme pour nettoijer la marche les goutierès ou môles de la commune , et les differente endroits ou places des bones ce qui est très necessaries, sur tous les endroits dernier nommés , don’t la commune a revenue plus des fr.500.

Aussi y a t íl une somme pas alloué de fr. 150 Chap. III art. 19. planter des arbres. Cette somme propose est aussi très urgente, pa ce que tous les Arbres au Rempart sont déracinés  quand les Anglois ont  resté dans cette commune pour la batterie, qu íls ont élevés à le Langehoofd , cependant qu’ il est trés besoin pour favoriser les Revenus de la commune dans la suite, qu’ on plante des Arbes comme on a commence dans l ‘année précedente.

En consequence je prend la liberté de vous prier de m áccorder ces deux sommes mentionnés sur l ‘article dépenses Imprévus.

Corn: Dan: Baars

Le 16 Juin 1813

À Monsieur le Sous Préfet.

En réponse sur vôtre letter du 14 Courant  concernant  la formation d’ un liste en double, de tous les habitans de ma commune  de l’ age de 20 à 40 ans et de 41 à 60 ans en vertu de l’ arrêté de Mr. Le Préfet du 9 avril dernier, j ‘ai l ‘honneur de vous informer que je m’  ai conformé à cette disposition et que j ‘ai envoijé les doubles à Mr. van Doorn à cette époque faisant les functions de Sous Préfet délegué par mes letters du 19 et 20 Avril dernier.

Corn: Dan: Baars

Le 18 Juin 1813.

À Monsieur le Sous Préfet

J’ ai l ‘honneur  d ‘ accuser la reception du Circulaire de mr. le Préfet du 10 Juin  dernier, concernant le recensement de la Population, conform à la Circulaire du 15 Avril 1812, et que dans la Mairie de ma commune un Registre de la Population existe redigé  suivant le modèle  no. 1 joint `’ la letter dernierement mentionné.

Corn: Dan: Baars

Le 18 juin 1813.

Idem.

J ‘ai l ‘honneur  de vous faire  retourner la liste nominative des marines disponible de la levee de 24 à 49 ans , que a été joint à vôtre lettre du 16 courant,et dont j ‘ai remplir la 12:13et 14 colonnes. Cependant que je n’ ai remplir la colonne d’ observations, dont ce qu’ils faient actuellement , puisqu’ils sont tous mariés et aijant un ou plusieurs Enfants et celui qui n a point d ‘ enfants, est patron, et propriétaire d’nacelle, outré qu ‘ils  sont tous pauvres et les femmes et Enfants, restent dans un Etat de misère, quand elles doivent être privé de la subsistances  de leurs maris, comme j én ai déjà plusieurs dans ma commune.

J ‘espère d’ avoir satisfait à vôtre intention et j’ ai l ‘honneur d ‘être avec un parfait respect.

Vôtre très humble Serviteur

Corn: Dan: Baars.

Le 21 juin 1813.

Idem

Après avoir pris les information requis, sur vôtre letter du 19 courant, à  égard de la valeur brute des produits de la rafinerie de sel dans l ‘an 1811, j’ail’honneur de vous informer, que dans la dite annnée on n ‘a pas rafiné de sel.

Dans l ánnée 1812, on a rafiné 24000 Kilogrammen don’t le valeur brute des produit est de fr. 11176 “71 cents.

J’ai l’honneur d ‘être avec un parfait respect.

Corn:Dan: Baars

Le 30 juin 1813.

Idem

J’ai aujourd’hui bien reçu les mandements des contributions foncière, personelle et mobilière pour l éxercice de 1814, avec la repartition pour ma commune, arête le 12 du courant.

C.D. Baars

Le 30jun 1813.

Idem

Sur l’ etat des passeports à l’ intérieur deliver par moi pendant le trimèstre d ‘avril 1813.

C.D. Baars

Le 5 juillet 1813.

À mons. Le Procureur Impérial

À Middelbourg.

Pendant le trimèstre d ávril de l’ année courante aucun jugement de police,prononcant l ‘Emprisonnement aijant  été rendu par moi.

C.D. Baars.

À Mons. le Sous-Préfet.

En vertu d ‘une letter de Mr. Le Préfet du 22 Juillet 1812 à égard des forcats liberés, j ‘ai l ‘honneur de vous rapporter, que je n ‘ai paier aucun frais, pour les forcats librés,sortant des bagnes (bagno’s = inrichtingen voor dwangarbeid ) et dirigés sur les lieux destines à leur residence pendant la trimestre d ‘avril 1813.

C.D. Baars.

Le 5 juillet 1813,

Idem.

J ‘ai l  ‘honneur en vertu de l ‘arrêté de Mr. Le Préfet du 2 juin dernier, de vous faire parvenir une déclaration, des Effets de Valeur , appartenant à cette commune, qui sont par moi verser dans la caisse du Receveur General de ce Departement.

C.D.Baars

Le 6 juillet 1813.

Copie

Déclaration du Maire d’Arnemuiden à ‘ égard du versement des Effets de valeur dans la caisse du Receveur General.-

Nous Maire de la Commune d  Árnemuiden, Canton Veere, Département des Bouches des l  Escaut, déclarons, que les Effets de Valeur, appartenant à nôtre Commune, qui sont compris dans les Arrêtés de son Excellence le minister de l’ Interieur des 22 septembre 1812 et 23 fevrier 1813, montant en Capital à la Somme de f. 2800 ou 5684 francs.

Par nous versés en totalité dans la caisse du Receveur Géneral, suivant q’ il été justifié par la répresentation du Recepisse delivré  par Mr. J.C. van Stapele le 30 juin 1813.

Arnemuiden le 6 juillet 1813.

C.D.Baars.

À Monsieur le Sous-Préfet.

Par ma lettre du 13 mars dernier j ‘ai donné avis à Mr. le Préfet, que j ‘était informé qu’ on avait  apparten ?? sous la Commune de Middebourg la ferme  appartenant à Leendert Wisse avec environ 40 arpent(morgen) ancienne mésure, qui ont toujours appartenu et après le limitage reconnu à ma Commune, et quelle ferme et terrain on avait aussi expertise comme faisant partie de la commune de Middelbourg; et j ‘ ai prié Mr. le Préfet qu ‘ il daignait de donner des ordres requis, pourvu que le terrain soit rendu à ma Commune.

Aujourd’hui Mr. Herols controleur surnumeraire et Frederiks Expert sont venu en vertu d une Missive de Mr. le Préfet du 3 Courant, pour l’ expertise de ma Commune, et à cet effet fait la nomination de deux Indicateurs, à quelle Mrs. J ‘ai d ‘abord fait  l ‘ observation cidessus et en

Meme tems assisté des Sr Harthoorn et des Marée, qui ont avec moi été present à l’  occasion du limitage de ma Commune, montre le terrain qui se trouver très approché de cette commune et bien éloigné de Middelbourg.

À cet occasion ces Mrs m ónt pr’senté le Proces Verbal de limitage dans le quel le dit Ferme et terrain est reconnus de faire partie de ma Commune, mais dans le Proces Verbal les digues nommé  le vieux Arne et l’ autre digue de sable du Côte de Sud, est dit d ‘appartenir à Middelbourg, et  voilà le ferme et terrain  enclave, qui suivant la loi, doit faire partie de la commune derniérement nommé.

Je vous dois Mons.le Sous Prefet à cet égard observe que ni moi ou les dits Indicateurs  ni l’ Indicateurs de Middelbourg ou dit ou avoué que ces digues appartenaient à Middelbourg, mais bien à ma Commune, comme cela est la pure vérité,et en ce cas le terrain surmentionné n’ est pas enclave aussi est le limite très naturel separé d’  un chemin nommé  mortier.

Il est vrai qu’ on  a signé le Proces verbal susdit mais le cidevant Maire Crucq ne parle pas la langue Francaise , si moin que les Indicateurs  près la limitage, et puisque il n  ávait pas été le moindre difficulté avec l’ Indicateur de Mr le Maire de Middelbourg, on a se confié que tous était porté dans le Proces verbal, comme on avait indiquer, et on n ‘a pas fait des observations, cependant que je vois actuellement qu ‘on  a dans le dit verbal fait un limitation bien faux, ce qui je suis en état de limitaté par  des declarations si bien par les Indicateurs  de ma commune que par celui de mr le maire de Middelbourg, cependant que je suis convaincu que Mr le Maire de Middelbourg ne desire pas un pied de terrain de ma commune les pilotis ( heipalen )  pour les limitis de l’ octroi de Middelbourg qu ‘on a mis à differentes places conster qu ‘on a compris que cet ferme et terrain appartenait à ma Commune.

La grande perte et dommage, quand cet ferme et terrain soit compris sous la Commune de Middelbourg que ma Commune souffre  ne permet pas,que je passé cela , sans faire tout pouvoir, afin que cette fausse limitation soit reparé.

En consequence je prend de nouveau la liberté de m addresser à vous, priant avec respect d  ‘accorder un order necessaire, pourvu que cette limitation injuste soit changé et que cet ferme et terrain soit rendu à ma Commune.

J ‘ai l  ‘honneur d’être avec un parfait respect.

Vôtre très humble Serviteur

Corn: Dan: Baars.

Le 6 juillet 1813.

Aan den Kerkenraad van Arnemuiden.

Wel Eerwaarde Heer Geachte Broederen

Een Besluit van den Heer Préfet van den 24 Junij laatsleden ontvangen, waarin opgegeven werd , wie al en wie niet het regt heeft, om onderhoud van het Armbestuur te vorderen; doe ik Uw Eerw daar van en Copie toekomen, met verzoek, om bij voorkomende gelegenheid Uw dien conform te gedragen.

Ik heb d ‘Eer met betuiging van bijzondere achting

Te zijn.

Uw Eerw DW Dienaar

Corn: Dan: Baars.

À Monsieur le Sous-Préfet.

Vôtre lettre du 30 Juin dernier contenant que ma Commune doit fournir 3 hommes pour completer le Contingent assigné pour les Compagnies gardes Côtes  m ‘ étant parvenu  le 7 du courant j  ‘ai d ‘abord donné avis de son contenu à tous ceux qui sont encore susceptible d ‘être  designé afin de faire de tel arrangement qu ‘ils trouveroient convenable à cet ‘egard.

Cet nombre étant très petit, aijant me presenter un petition  addresser à vous, et don’t ils me priaient d ‘appuijer leur reclamations.

J ‘ai lu cette petition, que je prend la liberté  de vous faire parvenir, et je suis si convaincu de la Vérité des motifs de leur reclamations que je  n ‘ ai pu refuser leur démandes, et que je me trouve obliger de joindre mes réclamations avec ceux de mes administrés , qui sont avec un contingent de 11 hommes surcharges en comparaison des communales, qui ne fournissent point des marins, étant par ma commune sans la conscription  annuelles déjà fournir 20 hommes don’t  19 marié pour la Marine et 21 pour la Garde Nationale dont 4 à 5 marié et il me restent plus des hommes quand je dois exempté les marins et ceux designé pour la garde Nationale  que des mariés  et père de familles cependant que les femmes et enfants restent à la charge de la Commune, et doivent bientôt, comme de ceux des marins en service, s ‘addressent pour avoir de secours à la direction des pauvres, qui se trouve maintenant dans une situation desfavorable.

Je  ne peut dont que renouveller mes reclamations par mes letters à Monsieur le Préfet du 15 Septembre 1812 et du 18 janvier dernier, ainsi qu’ un rapport de la commission nommé par arrêté de Mr. le Préfet du 17 mars 1812 en date le 21 suivant.

Je vous prie respectueusement d ‘ accorder à ma commune une diminuation de son contingent dans les companies gardes côtes, autant qu íl vous daignera  et que vous trouverez juste.

J’ ai l ‘honneur  d ‘être avec un parfait respect.

Corn: Dan: Baars.

Le 12 juillet 1813.

À Monsieur le Commissaire de

Marine à Flessingue.

J ‘ai l ‘honneur en réponse de vôtre letter du 12 du courant de vous informer, qu ‘il ne se trouve pas dans ma commune un nommé Jean Klaasse de Nooijer né le 26 février 1786 fils de Klaas et de Cornelia Meulmeester marié avec Grietje Adr. De Ridder aijant eu au tirage des marins en 1811 no 4 et à cet époque entrer en service active.

Marinus  Lieven Meulmeester n’  a pas tiré au sort comme n ‘étant à ce tems pas compris sous les marins mais est appelé en 1812  et comme il me paroit reformé (afgekeurd ) pour la teigne ( hoofdzeer),il est marié environ depuis deux mois, et porteur ( bezorger ) de la presente, il navige point mais cherche  de légumes au côtes de l’ Isle, et va le vendre à Middelbourg et ailleurs.

J ‘ai aussi bien reçu copie de vôtre lettre du 10 mai dernier, contenant que les pêcheurs de ma commune est permis d’aller exercer leur industrie sur les côtes de la Hollande etc mais je vous doit informer que cet dans le printemps qu’ils ont l ‘ habitude d ‘aller à la pêche en Hollande, mais pas à present, néanmoins je leur en donnera avis , afin quand ils desirent d ‘y aller qu ‘ils se peuvent presenter à vôtre bureau.

J ‘ai l ‘honneur  de vous saluer avec un parfaite consideration.

Le Maire

Corn: Dan: Baars.

P.S. Il n’y a pas un marins qui a tiré au sort non marié !.

Hieronder een los papier:

Een Brik

Blaas Blaasse heeft de Engelse aan boord gehad Woensdag welke begeerde dat hij couranten medebragt. Dog verklaard heeft dit niet te mogen nog te kunnen doen-

Een Engelsch fregat heeft geweest bij Marinus Schroevers, Woensdag

Heeft niets gedaan dan een zootje vis genomen zonder betaling.

Dane Jooris ? van Belsen , Een Engelsche Brik maandag aan boord gehad

Na nieuws gevraagd en eenig vis genomen

Bouwen Leend Grootjans dezelve brik gehad als boven

M.M. de Nooijer maandag dezelve brik als boven

Cornelis Mulder maandag en woensdag als boven

Jacob de Ridder

Blaas Klaasse ?

Adriaan Siereveld.

À Sous Préfet.

Je recois aujourdhui un advertissement du Receveur de water et Dijkpenningen, dans la quelle je vois que ma commune est due pour l ‘année courante fr. 9 – 40

Et le foncière du dit année monte à                                  fr.13—92

Total                                                                                  fr.23—40

Cependant qu ‘il y est alloué dans le

Budget pour les contributions  foncière                             fr. 21—20

Don’t il resulte qu’il me manqué                                         fr. 2—20

Je vous prie de m’accorder autorisation  d’imputer le dit fr. 2 – 20 c sur l’article dépenses Imprévues.

Corn: Dan: Baars,.

Le 16 juillet 1813

À le Sous Préfet

J ‘ai l ‘honneur de vous faire parvenr le tableau de la statistique bovine, ainsi que les reponses sur les questions inseré dans vôtre letter du 7 du courant.

Corn: Dan: Baars

Le 24 juillet 1813.

Idem

En vertu de l ‘ordre de Mr. Le Préfet du 19 du courant j’ ai l ‘honneur de vous rapporter que les Patrons pêcheurs Blaas Blaasse, Marinus Schroevers, Daniël Joore van Belzen, Boudewijn Leendertse Grootjans ,Willem Busser, Marinus de Nooijer, Cornelis Mulder, Jacob de Ridder, Blaas Klaasse et Adriaan Siereveld m ‘ont rapporter que dans cet semaine un bricq Anglais a été chez eux, dont ne leur rien transmis mais pris quelque poissons, Seulement a on demandé au premier nommer qu’il devait apporter quelque gazettes ou journales de le paijs, qu’ on lui vouloit paijer, mais que le patron a repondu, que cela ne lui était pas permis, et en consequence le devait refuser.

Corn: Dan: Baars

Le 23  juillet 1813

Idem

En vertu de vôtre lettre du 22 du courant, j ‘ai l ‘honneur de vous faire parvenir l état estimatif de plantations des Arbres au rempart (bolwerk) de cette commune, montant à fr.150 et dont je vous prie de m’ accorder à l ‘imputer sur les depenses Imprévues.

Quand à ma demande dans ma lettre du 16 juin dernier, d ‘une somme de fr.30 necessaire aux frais de salubrité ( gezondheid ) je n ‘est pas joint un devis Estimatif à raison que cette petite somme est toujour accorder pour nettoijer la marches, goutières de la communes et places boues (modderige plaatsen) , qui doit toujours par l’ ouvrier être tenu propre, et qu ‘on ne peut pas porter à la charges des habitans, je prend dont la liberté  de m ‘accorder aussi cette somme, pour cet but afin que je suis en état de soigner autant possible pour la santé de mes administrés.

C.D. Baars.

Le 26 juillet 1813

Idem

Le Bordereau des Effets de valeur de ma commune dont vous me fait la demande  par vôtre lettre de hier j ‘avais joint aux Effets , et on au Bureau de Mr. Le Receveur General tenu le Bordereaux  dont je vous fait  a present un sembable.

C.D.Baars

Le 28 juillet 1813.

Idem

Je viens de récevoir de la direction de Walcheren un Extrait du Role suppletif des deniers des digues (dijkpenningen) pour un pré (wei ) nommé le Dokweide de ma Commune, montant pour l án 1812 fr. 52—90 cent et un pour l ‘année courante aussi de fr. 52—80 , quelles Extraits je prend la liberté d ‘y joindre.

Je me trouve obligé de vous observer que cette pré  me paroit ne pas être redevable comme ni seulement  ma commune n a jamais paijé pour le water et dijkpenningen, mais qu’il est aussi situé de la coté exterieure du digue de Walcheren  et que cet pré n’a point de faveur des digues qu ‘ ils sont entretenue de la dite direction , pourquoi je vous prie , à a raison que je vois sur ces Extraits que la dite Role suppletif est par Mons. Le Préfet declarer Executoir, qu’ il vous daigne de porter mes reclamations à Mons, le Préfet, à fin que ma Commune soit exemté  de paijer ce quelle n ‘a jamais été redevable et ce quelle n’ est pas encore a present comme il me parait.

C.D.Baars.

Le 3 Août 1813.

Aan den Kerkenraad van den

Hervormde Gemeente te Arnemuiden

Wel Eerwaarde Heer, Geachte Broederen !

Den 15. aanstaande, de geboorte dag zijnde, van Zijne Majesteit den Keijzer en Koning, welke volgens een Keizerlijk Decreet van den 19 februarij 1806, is ingesteld tot een Jaarlijks feestdag, en tot welks viering ik mij ook zie aangemaand bij eene circulaire van den Heer Préfet van dit Departement in dato 20 Julij laatsleden.

Ten einde daar aan te voldoen, wenschte ik dit feest godsdienstig mogte gevierd worden, als het meest overEenkomende met den dag, waar op dezelve invald, waarom ik vriendelijk verzoeke, dat even als in het voorgaande jaar, door den Heer Preses van UwEerw Vergadering, des morgens eene ter dier gelegenheid passende redevoering gepaard met gebeden en dankzeggingen werden gedaan, en Uw Eerw dit godsdienstig feest met Uwe tegenwoordigheid gelieven te vereeren.

Ik betuig met ware hoogachting te zijn.

UwEerwDW Dienaar

C.D.Baars

Den 9 Aug: 1813.

À le Sous Préfet.

Aujourd’hui je recois vôtre letter du 6 courant par la quelle vous me rappelled

, que je suis en retard de Fournir l ‘ état de situation des fabriques,pendant le 2e trimester de l ‘exercise courant, et j ‘ai l  ‘honneur  de vous rapporter que je n’ ai pas encore ni circulaire ni modèle à cet effet, que le statistique annuelle que j’ ai envoijé le 16 Mai dernier. Cependant je suis en état de vous informer que dans ma commune il ne se trouve que quatre salines,dont on ne peut rafiner que dans deux, et que pendant le 2e trimester de l ‘année courante qu ‘un seule saline à rafiner , pendant 3 à 4 semaines.

C.D.Baars.

Le 13 Août 1813.

Idem.

Pour satisfaire à le Contenues de Vôtre letter du 6 Aout que j ‘ai recu le 12 et par la quelle vous m ‘informe que la liste  de ma commune des habitans de 40 à 60 ans que j’ avais  envoijé n ‘pas été trouvé à la Prefecture j ‘ ai l ‘honneur de vous faire parvenir une liste de habitans à l ‘age susdit.

C.D.Baars

Le 16 août 1813.

Idem.

En vertu du premier Article de vôtre Arrêté du 17 Juillet dernier relatif à la nomination de deux membres du Conseil Municipal pour la Confection de nouveaux états de la dette municipale , j’ ai l ‘honneur à cette effet de vous proposer les membres Christiaan Crucq et Abraham van Eenennaam.

J ‘ai l ‘honneur d ‘être avec un parfait respect.

Vôtre très humble Serviteur

Corn:Dan: Baars.

Le 16 Août 1813.

Idem.

En réponse sur vôtre lettre du 12 de ce mois, que j ‘ ai reçu le 17 du même mois, j ‘ai  l ‘honneur de vous informer que dans les salines de ma commune il se trouve 120 sacs de sel, mais qu’il n ‘y a pas de Vinaigre, l’ huile à bruler et chandèles(vetkaarsen) que dans les petits bo(u)tiques dans ma commune, qui recoivent  leur provision(voorraad) de Middelbourg

J ‘ai l ‘honneur d ‘être avec un parfat respect.

C.D.Baars

Le 18 Août 1813.

Idem.

J’ ai l ‘honneur de vous informer que j’ ai bien reçu le circulaire de Monsieur le Préfet du 11 de ce mois, concernant les plantations de tabac, qui aurait eu lieu dans plusieurs  communes , et dont  je vous  peut rapporter que j ‘ignore qu  ‘une plante se trouve  dans ma commune , néanmoins j’ ai au garde champêtre ordonné de faire toute recherches dans le commune, et de m ‘en faire rapporter, afin d ‘ arrêter les progrès.

Corn: Dan: Baars

Le 19 Août  1813.

Idem.

J ‘ ai bien reçu le Missive  de Monsieur  le Préfet du 10 du courant, avec un arrêté de 28 juillet dernier rélatif la revision en conseil  Municipal la liste des habitans de ma commune propre à faire le service de la Garde Nationale , et la dite Liste  rectifié à vous faire parvenir avant le 1e Septembre prochain, à quell disposition je ne manquerai pas de satisfaire.

J ái l ‘honneur d ‘^etre avec un parfait respect.

C.D.Baars.

Le 19 Août 1813.

Idem

J ‘ai l ‘honneur de vous faire parvenir  la Liste des habitans de ma commune  à l áge de 20 à 40 ans que j ‘ ai revid(s)er en Conseil Municipal  en vertu de l ‘arrêté de Mr. Le Préfet du 28 juillet dernier.

Corn: Dan: Baars.

Le 23 Août 1813

Idem.

Reçu le mandement  de contribution des portes et fenêtres de  l’ Exercice  de 1811 pour ma commune etc.

C.D. Baars.

Le 25 Août 1813.

Idem.

J’ ai reçu vôtre lettre du 24 de ce mois étatif ? une reponse sur mes reclamation contre l ‘imposition de water et dijkpenningen, dont ma commune vient  d ‘être de nouveau sujette et par la quelle je vois que je serai obligé  de paijer la taxe de fr. 52.98 pour 1812 et la même somme poour 1813, en total la sommes de fr. 105:96.

Je vous prie dont Monsieur de m ‘accorder autorisation d ‘imputer la dite somme sur les dépenses Imprevués de l’ année courante.

C.D.Baars

Le 27 Août 1813.

Idem

J ‘ai l ‘honneur de vous informer que j’ai reçu un exemplaire de circulaire de Mons. Le Directeur  General de la conscription militaire  du 10 de ce mois, relatief l ‘enrolement volontaire.

C.D. Baars.

Le 27 Août 1813.

Idem

J ‘ ai l  honneur de vous faire parvenir le tableau des produits des plantes oléagineuses cultivé dans ma commune  pendant l ‘année courante, étant le colzat le seul plante cultivé , et cela en vertu du circulaire de Monsieur le Préfet du 10 juillet dernier.

C.D. Baars.

Le 30 Août 1813.

Idem.

J ‘ai l’ honneur de vous informer, qu‘il se trouve  actuellement dans les salines  de ma commune le quantité de 96 sacs de sel.

C. D. Baars.

Le 12 Sept. 1813.

Hieronder de inhoud van een los papier.

Naamen                        Gem                    Roeden             Zakken

Abraham Verhage           4                         ----                   28

Joos Adriaanse                4                         ----                   45

Daniel Rijkse                  6                         200                   72

Adriaan van Maldegem  2                         150                    27

Jacob Schoonenboom     3                         -----                   26

Jacob Marteijn                4                         -----                   50

Leendert Wisse               2                         287                    45

Vermoedelijk gaat het hier om zakken tarwe

Idem.

J ‘ai l ‘honneur de vous rapporter que les patrons pêcheurs D.J. van Belsen, Klaas van Belsen, Marinus Schroevers et Marinus de Nooijer m ‘ont informé qu ‘un chaloup Anglais pendant qu ‘ils étaient à la pêche au commencement de cette semaine, a été ``a leur bord, qu’il a pris quelque poissons d’ eux, et leur demandé s ‘ ils ne savaient point des nouvelles à égard du paix ou de la guerre , dont ils ont repondu , qu’ ils étaient ignorant et de savoir aucune nouvelles, après quoi le dit chaloupe leur a quité et rentré ? en mer.

C.D. Baars.

Le 3 Sept. 1813.

Idem

En reponse de vôtre lettre d’aujourd’hui conduisant une circulaire de Monsieur le Préfet du 28 Août dernier, concernant  l’ entretien des chemins de la commune, et dont cet chemin est compris à la quelle je vous ai fait rapport le 8 juin de l ánnée courante, j ‘ai l ‘honneur de vous informer, que j ‘ai au reçu de vôtre lettre du 15 juillet dernier contenant autorisation sur les dépenses Imprevues à la somme de 100 francs pour la repartion  à faire à ces chemins, d’abord ordonné les reparations très urgentes au dit chemin, après quoi j ‘ai fait  chercher de sable pour remplir les puits  est places bas  qui se trouve dans les dits chemins; ce qui sera fait par les fermiers de ma commune aussitôt que la récolte de toutes les graines  sera achevé. Cependant que les autres chemins de ma commune sont entretenu sur l ancient pied d ‘après les Reglements  en Vigueur, sans que j ‘ai le moindre difficulté avec la Direction Centrale  de cet arrondissement.

C.D. Baars

Le 6 Sept. 1813

À mr. le Sous Préfet

En vertu de l’ arrêté de Monsieur le Préfet du 2. de ce mois j ‘ai l ‘honneur de vous rapporter qu’ il ne se trouve ici pas des armes de guerre et de calibre quelconques, qui appartiennent à ma commune.

C.D. Baars

Le 6 Sept 1813.

Idem

En vertu de vôtre lettre du 1 de ce mois j ‘ai fait reclamé à le nommé Jan Crucq qui est abusivement dans la liste des propriétaires nommé Krueke, le Bulletin de propriété qu ‘il y a à Middelbourg donc ? le dit propriétaire m ‘ a assuré qu ‘il a transmis à la mairie du Middelbourg, sans qu’ il est en état de producer un quitance ou recu  qu’ il n’a demandé.

J ‘ai l ‘honneur d ‘être avec un parfait respect.

C.D. Baars.

Le 7 Sept. 1813

Aan de Heer  Nommé  Capt: op de

Cannoneerboot no 2  à Harlingen

Mijn Heer de Capitein !

UEd: Missive waar bij UEd: getuigenis geeft dat Adriaan de Ridder bij UEd: aan Boord is, heb ik heden morgen bij den Raad van Rekruteering ingediend, dewijl ik op mijn Missive den 28e der vorige maand aan den Raad van Administratie van de 79 Equipage gezonden, geen antwoord bekomen had, dan den Raad van Rekrutering eischt Een Certificaat , en uit haar naam verzoeke ik UEd zo vriendelijk zijt om van den Raad van administratie den 79 Equipage Een Certificaat besolliciteren ?? dat de genoemde A.de Ridder  in dienst is, welke ik op den 18 dezer moet indienen.-

UEd: zult daar door verpligten hem die d ‘eer heeft met alle hoogachting  te zijn.

UDW Dienaar

C.D. Baars

Den 10 Sept: 1812.

À Mr, le Capitain du vaisseau

De S.M. Le Cesan??

Le Certificat de personnes???, que vous avez delivré à  C.G. de Nooijer, j’ ai presenté au conseil de Recrutement , qui me la rendu à cause qu ‘il se trouve en bas. Les Membres du Conseil, et seulement signé par Monsieur Le  ??? cependant que les autres membres du conseil devait aussi avoir signé .

Je joint le dit certificat après la presente,et je vous prie d ‘avoir  le bonté de laisser signer du conseil d ‘administration, je suis chargé de le remettre à Monsieur le préfet sous le le plus brèf délai, pourquoi je vous invite de le faire retourner par le porteur (bezorger ),avec quoi vous obligerez celui qui a l ‘honneur de vous saluer avec une parfaite consideration.

Le Maire

C.D.Baars

Le 11 Sept. 1813.

À Monsieur le Sous-Préfet.

J ‘ ai hier au soir recu vôtre lettre du 9 de ce mois, par la quelle vous  m’ invite de reimposer de suite sur les les habitans les plus aisés de ma commune la somme de fr. 10- 25 qui  reste à recouvrir sur elle , pour dons volontaires , et en réponse j ‘ai l ‘honneur de vous informer que le Receveur Municipal a recu dans la semaine passé fr. 6. 25 et que je lui remettra de main le file ?? qui manque avec invitation, de verser cette somme à la caisse du Receveur General avant le 15 de ce mois .

J ‘espère avec cela de satisfaire  à l  íntention et j  ái l  honneur d  ‘^etre avec un parfait respect.

C.D. Baars

Le 12 Sept. 1813.

Idem

J ‘ai l ‘honneur de vous rapporter que dans de juillet de cet année aucun individu m ‘a été signifiée pour être inscrit sur le Journal des Conscrits retardatoirs ou réfractaires.

C.D Baars

Le 15 Sept. 1813.

Idem

J ‘ai l ‘honneur de vous informer qu’ il se trouve actuellement dans les salines de ma commune le quantité de 75 sacs de sel.

C.D. Baars

Le 15 Sept. 1813.

Idem

J ‘ai hier recu une Missive de la Directoire des pauvres dans ma Commune, dont je prend le liberté de vous faire parvenir un copie, par la quelle comme vous remarquerez, ils me doivent connaissance de l’état desfavourable des dites pauvres et  m ‘invitent  d ‘accorder de subsistance.

Je suis très bien connu avec son Etat, comme aijant déjà unquelques années l ‘administration de pauvres, je sais qu ‘on n ‘a point de ressources  que ce qu ‘ on recoit  chaque dimanche dans l  ‘’eglise et des collectes qu’on fait de tems en tems dans le commune, je sais que la pêche dans cette année a été moins favorable que dans les années précedentes , qu ‘ on trouve beaucoup des veuves et des femmes avec des Enfans, don’t leurs maris et péres sont en service maritime , je sais qu ‘ on donne très peu au pauvres, ce qu ‘on ne peut augmenter, qu ‘ils ne peuvent pas subsister  de ces dons, que ce sont tous des v(i)eillards (grijsaards), Enfans ou très pauvres femmes, qui ont perdus leurs pères et maris, qu’  on donne subsistance, et enfin je suis si convaincu de la vérité, de ce que la Direction dit dans sa lettre à cet égard et de leur état de misère et pénible, que j ‘ai cru de le le porter sous vôtre jeux , avec invitation bien respectueux qu ‘il vous daigne, que par vôtre Intermediaire chez Mr le Préfet, qu ‘ il me soit accorder autorisation, de donner ou de faire donner de la caisse  Municipale  sur les dépenses Imprevues la Somme de fr. 200 à la direction des pauvres de ma commune afin qu’  il soit en état de pouvoir dans la disette bien absolu actuellement.

C.D. Baars.

Arnemuiden

Le 15 Sept. 1813.

Aan de Opzieners en Armverzorgers der Stede Arnemuiden.

Wel Eerwaardig Heer, Geachte Broederen !

De klaagtoonen, welke uw Eerw: aanheffen, de dadelijke hulp, welke gijl. Verzoeken, door de kommer die bij Ul zich opdoet, bij eene naderende winter, voorgesteld in UwEd Missive mij op gisteren toegezonden, bevreemden mij geensints en komen mij niet onverwacht voor, door de kennis welke ik als Boekhouder van het Armwezen nu eenige Jaaren daar in bekomen heb, het vleijend vertrouwen dat Uw Eerw van mij koesteren zoude mij hartelijk aangenaam zijn dadelijk te kunnen bevestigen, dan de toestand der tijden, die wij door eene aanhoudende Vernielenden oorlog, welke alle inkomsten doen afneemen, beleven, veroorzaken dat den verstandigen Wijsheid ontbreekt, en mijn gering doorzigt, met den besten wil, niet in staat is, om gepast voor te ligten en begeerde Voorziening te doen, -UwEerw  vertrouwe ik behoeve daar over geen breeder betoog, doen den inhoud van Ul Missive dit dadelijk bevestigen.

Intussen past het ons niet, zo wij gelooven, aan eene Heilzame ? Voorzienigheid en wie twijffeld daar aan , en daar een Opzien tot God geloovig en Eerbiedig gedaan ons troost en vertrouwen daar op inboezemd in den hoogsten nood, past het ons niet den moed te laten ontzinken, maar zodanige middelen te beramen en in ‘t werk te stellen, als wij vermeenen onder Gods Zegen tot hulp te kunnen strekken.-

Het is daarom dat ik verzoek een Commissie uit Ul midden  op Zaterdag den  18 dezer des avonds om 6 uuren op het Stadhuis komen, ten einde met den anderen te overleggen, welke middelen wij ter bereiking van het ware doel zullen oordelen, in dezen te moeten en te kunnen aanwenden.

Uw Eerw van mijne hoogachting verzekerende , tekene ik mij Uw Eerw: DW Dienaar.

C.D. Baars

Arnemuiden

Den 15 Sept. 1813

À le Sous-Préfet.

J ‘ ai l  ‘honneur  d ‘accorder la reception de vôtre lettre du 13 du courant, conduisant un arrêté  de Mr. Préfet du 11 de ce mois, relatif au service des tombereaux ( stortkarren), don’t les dispositions  qu ‘il renferme je ferez connaître à mes administrés.

C.D. Baars

Le 16 Septembre 1813

Hieronder een brief van le sous-Préfet

À Monsieur le Maire de Arnemuiden.

Monsieur !

J ‘ai besoin de savoir quelle est la la quantité de sel, vinaigre, l ‘huile à bruler et chandeles dont on pourrait disposer en cas de besoin, pour l ‘approvisionnement de siège de la place Flessingue.

En consequense je vous invite à en faire un relevé exact que vous voudrez bien me transmettre, dans le delai de trois jours, et à m ‘en tenir informé en suite de quinze en quinze jours.

Recevez Monsieur, l ‘assurance de ma parfaite consideration.

Fokker.

À le Sous Préfet

J ‘ai aujourd’hui recu vôtre lettre du 14 de ce mois, avec un ordre de depart, pour Andreas Vogel conscrit de ma commune de la Classe de 1813 que je lui a fait transmettre de suite.

C.D.Baars

Le 16 Sept 1813.

À Monsieur le Commissairie

De la Marine à Flessingue.

Les patrons pêcheurs de ma Commune m ‘ont donné avis, qu ‘il existait pour eux un Embargo depuis lundi passé et en même tems m’ invitent de faire addresser à vous à cet égard.

Je prend en consequence don’t la liberté de vous observer, que la pêche de cet été a été moins favorable que dans les années précedentes, que la pauvreté et misère de mes administrés est très grande, que les femmes et Enfans, qui ont perdu leurs maris et pères, comme étant en service maritime ne peuvent pas subsister si la pêche est empêchée et que la direction des pauvres se trouve dans l ‘impossibilité de donner aux pauvres de secours pour leur besoin.

Je vous prie donc en leurs noms et en leur faveur qu ‘il vous daigne de faire lever l ‘embargo, ou bien par vôtre Intermediaire chez Mr le Commandant de la marine que l ‘embargo soit levé, et qu ‘ils recouvent la permission d ‘aller à la pêche.

Je recommande à cet effet mes pauvres administrés dans vôtre bien veillance, je vous prie de m’ accorder une réponse, et j’ai l ‘honneur de vous saluer avec un consideration distingué.

Le Maire d ‘Arnemuiden

Corn: Dan: Baars

Le 16 Sept. 1813.

P.S. Après que j ‘avais écrit cette lettre une femme qui à ce jour été avec de pétits poissons à Flessingue, me transmet trois avis, quelle a trouvé en retournant au chemin de Flessingue proche d ‘OostSouburg, que je vous fait parvenir avec ma lettre..

Aan d ‘Heer P. Hondius Predikant

Te Arnemuiden.

Wel Eerwaarde Heer !

Ik ontvang heden een besluit van d ‘Heer Préfet van den 21 dezer maand, waarbij bepaald word, dat  overeenkomstig de bevelen van H.M. de Keizerin, Koningin en Regentes, Dankzeggingen zullen worden gedaan op Zondag den 26 dezer, voor de groote overwiiningen doo Z. M. de Keizer onder de muren van Dresden den 26 en 27 Augustus  behaald.

Ik doe Uw Eerw daar van Exemplaar toekomen met verzoek om aan den inhoud te voldoen en hebd ‘eer met alle hoogachting te zijn.

Uw Eerw D.W. Dienaar. C.D. Baars.

Den 24 Sept.1813.

À Monsieur le Sous-Préfet.

En vertu de vôtre lettre du 20 de ce mois, j’ ai l’ honneur de vous informer, que je crois d’  avoir besoin pour les Registres de l ‘Etat civil pour l ‘exercice de 1814

2 Regs. de naissances chaque              de   20 feuillets

1 dito de publications de mariages de        12    -----

2 dito des mariages et divorces chaque de  14  ------

2 des décès                                                   20  ------

66 feuillettes

Étant le même de l ‘année courante.

J  ‘ai l  honneur d ‘être avec parfait respect.

C.D. Baars

Le 24 Sept. 1813.

Idem

Vôtre lettre du 21 de ce mois m ‘étant parvenu par la quelle vous m’  annonce que son Exellence le Ministre de l ‘Intérieur au sujet de l ‘acte courageux des  Srs Van Belsen et Siereveld , pêcheurs de ma  commune, qui ont sauvé un pêcheur et son Batiment près de périr dans la mer,à quelques distance de Dombourg  a inviter de temoigner à les deux individues toute sa satisfaction de la conduite qu ‘ils ont tenu dans cette circonstances , et quelles autorisera volontiers a leur accorder des gratifications , sauf à lui soumettre telle propositions que Mr le Préfet jugera convenable, pendant que vous m’invite à vous des propositions à

Cet égard.

J ‘ai l ‘honneur donc de vous proposer à accorder à ces deux pêcheurs chacun un tabatière  d ‘argent sur le quel il est inscrit ou gravé – gratification à D. van Belsen, ou A. Siereveld, pour avoir sauvé un pêcheur, et son Batiment, près de périr dans la mer quelque distance de Dombourg le 5 Août 1813. Ce qui coutera avec l ‘inscription pour les deux tabatières  la somme de fr. 101. et de leur faire donner par Mr. en presence de tous les pêcheurs des grand batiments .

C.D. Baars.

Le 27 Septembre 1813.

Aan den Adjunct-Maire

Ik doe UEd: toekomen een berigt van dhr  Préfet van den 21 dezer maand, met betrekking tot het onderzoek in hoever men heeft voldaan aan de order tot het gebruik van de nieuwe maten en gewigten aan welks inhoud ik mij kortheidshalve refereer.

UEd mitsdien verzoekende om dadelijk dat onderzoek te effectueren moet ik UEd: conform een bij mij ontvangen Missive van dhr Préfet van denzelven datum informeeren, dat het Gouvenement  begeerd den invoer van het Nieuw Stelsel van maten en gewigten ongevoelig geschiede, het voldoende is de oude te verminken, onbruikbaar te maken , of in beslag te neemen en te confisqueeren . “Doch de onwillige of hoofdige om aan de order te voldoen de penaliteiten te doen ondergaan, ten welk einde UEd: bij zodanige occasie proces verbaal zult opmaken, en aan den Keizerlijken Procureur ter hand te stellen.

C.D.Baars.

Den 27 September 1813.

A Mr.le Procureur Impérial

À Middelbourg

J ‘ai l ‘honneur de vous rapporter que pendant le trimètre de juillet de l’année courante, aucun jugement de police, prononcant l  ‘Emprisonnement aijant été rendu par moi.

J ‘ai l  honneur d ‘être avec un parfait respect.

Vôtre trés humble Serviteur

Corn: Dan: Baars

Le 30 Sept.1813.

À Monsieur le Sous Préfet.

J ‘ ai l l ‘ honneur de vous informer qu ‘il se trouve actuellement dans les salines de ma commune le quantité de 46 sacs de sel.

Corn: Dan: Baars.

Le 1e Octobre 1813.

J ‘ai l  ‘honneur de vous rapporter, que je n ‘ai paijé aucun frais, pour les forcats librés sortant des bagnes (bagno=inrichting voor dwangarbeid)  et dirigés sur les lieux destinés à leur residence, pendant le trimêtre de Juillet 1813 .

C.D.Baars.

Le 2 Oct. 1813

Idem  J ‘ ai l ‘ honneur de vous envoijer l  ‘’etat des passeports à l  ‘Intérieur, pendant le trimestre de Juillet 1813

C.D. Baars

Le 2 Oct. 1813.

Idem

En réponse de vôtre lettre du 25 Sept. dernier Nr. 420 conduisant un arrêté de mr le Préfet du 15 du même mois, relativement aux jurisdictions supprimées , j ‘ai l  ‘honneur de vous informer que le chambre d ‘orphelins étant le seul de ma commune qui a eu quelque administration des deniers, à qui j’ ai transmis un Exemplaire de dit arrêté,mais que le dit chambre  a transmis à  Mr le Juge de Paix du Canton Veere le 14 juin 1811 , tous les Registres et papier concernant les orphelins de la dite chambre, qu ‘ à égard de la somme de fr  6(260)  ? 41 cent en espèce appartenant au dits orphelins.

Elle n ‘a pas été depositaire, attendre que  que l  ‘administration de ma commune a emploijée les fonds d ‘après une usage de très ancienne date et un moijen de  3% d ‘ intérêt  par an, comme cette somme  a aussi figuré au premier chapître du Budget de cette commune, que la dite chambre chaque fois quelle recevair , quelque argent   a d’abord versée dans la caisse municipale,et quand elle en avait besoin pour paijer des orphelins ….? Majeur  s ‘ addressait à la dite caisse, qui le mettait en état de faire le paijement requis et enfin que la dite chambre est pas en état de rendre Compté , attendu que tous les registres sont chez Mr. le Juge  de paix à Veere, et quelle n’ a  jamais du rendre compte  vu quelle n  ‘avait point d’ administration, que comme j ‘ai deja avancé, et quelle tenait, qu ‘un Registre  de Credit et Debet, sur le quel on était à même de voir à chaque instant, ce que chaque orphelins avait à pretendre, et que la commune était en tous redevable à la chambre d ‘orphelins néanmoins je vous informe que les membes de la dite chambre ont été I .C Coraij décedé, C. Crucq, C.Kramer et le Griffier le Soussigné

Corn . Dan. Baars

Le 7 Octobre 1813,

Idem

J ‘ ai l ‘honneur de vous rapporter, que  j ‘ai eu vertu du circulaire de  Mr. Le Préfet du 20 Sept. Dernier de nouveau fait toutes recherches possibles dans ma commune s ‘ils se trouvaient des réfractaires ( weerspannigen) et des déserteurs, sans que j’  ai en trouvé un, cependant j ‘ ai renouvellé l ‘ ordre au Aubergistes de loger aucun personne, dont je n ‘ai visé leur Passeport ou feuilles de route, et au garde champêtre de surveiller toute étranger, qu  íl devait rencontrer dans son  tournée

C.D. Baars

Le 12 Oct 1813.

À Mons. Le Maire de

J ‘ ai  l ‘ honneur  de vous provenir  qu ‘il ij a promesse de mariage entre Adriaan Van Maldegem  agé de cinquante deux ans, né à WestZouburg , cultivateur domicilié à Arnemuiden  majeur fils de Willem van Maldegem, et de Janna Jobse, tous deux décèdés, veuf de Maria Harthoorn.

Et Neeltje de Kam , agé de trente ans, né à Zoutelande, domestique, demeurant à Arnemuiden, fille majeure de Pieter de Kam et Pieternella Wielemaker, tous décèdés.

Je vous prie donc en consequence de vouloir publier et afficher leur promesse réciproques, et d ‘en delivrer un certifiat , exigé par l ‘ art: 69 du Code Napoléon, contestant qu  ‘ il n ‘existe point d  ‘opposition

Agreez Monsieur ! les assurances de ma consideration distinguée

Le Maire susdit

Corn: Dan: Baars

Le 13 Oct 1813.

Idem

J ‘ai l ‘honneur de vous informer qu’ il se trouve actuellement dans les salines de ma commune le quantité de 130 sacs de sel.

C.D.Baars

Le 15 Oct.1813

La Commission nommé par Mons. Le Sous Préfet pour recevoir les titres des Creanciers d  ‘Arnemuiden

Nous avons l  ‘honneur de vous faire parvenir un État Général de la dette constituée  ou exigible de cette commune, qui comprend tous les creanciers de la dite commune à savoir

Johannes Crucq         montant à                                        fr. 1071  “ 02

Corneille  Doesburg                                                                   15 “  42

La cidevant Chambre d  ‘orphelins ou

Actuellement Mr. le Juge de Paix

Du Canton Veere , pour les orphelins                                   6232   “  90

Total                                                                                  fr. 7319  “   34

Avec les Etats particuliers, ainsi que nôtre declaration envers les orphelins, et copie de l  ‘Etat dans l’ année précédente remis à mr. le Préfet aussi les comptes et duplicata des creanciers nommés, ce que nous esperons suffira  à l ‘ intention seulement nous observons, que la dette  à la chambre d’  orphelins, provient que la ville à toujours fait usage de ce deniers à raison de 3 pour cent , seulement quand un orphelin avait chez la dite chambre une somme   de cent florins, cependant quelle ne paijait point  d ‘Interest au dessous de cette somme et cet methode est d ‘un ci ancienne date qu ‘on ne peut pas dire  le Commencement de l  ‘Emploi qu ‘on a fait.

Nous avons compris cette dette  sur un Etat particulier et  comme constitué, parce que la commune a toujours paijé d ‘Interest pour l  Emploi, cependant qu ‘ on le peut considerer , comme exigible, comme il  n’ est jamais  eu donné des Actes obligatoire ou autre  pièce quelconque , la manière  tenu à cet égard était, que la chambre d ‘orphelins recevait d’ argent pour l ‘un ou autre orphelin, elle notait cela sur un Registre destiné à cet Effet, et elle donnait l  argent contant à Tresoriers de la commune, qui le portaient comme recette dans le compt annuel, et quand la chambre devait paijé l ‘orphelin venu majeure(meerderjarig), elle demandait au Tresoriers le besoin, qui le paijait à la chambre, et ce portait dans le compte annuel  comme depense, cependant que la chambre en tenait note sur le dit Registre.

Vôtre très humble Serviteurs

La Commission susdite

Corn: Dan: Baars

C: Crucq

Mr. van Eenennaam

Le 19 Oct. 1813.

Aan d’ Heer Vrederechter van het

Canton Veere

Mijn  Heer de Vrederechter !

Deze diend om UEd: te informeeren, dat in den vorigen nagt, in mijne gemeente is overleden Jannetje Blaasse de Ridder, huisvrouw van Blaas Blaasse de Nooijer, nalatende uit dat huwelijk vier minderjarige kinderen, en zijnde de nagelaten man een vischer op een hoogaarts, in een woord een man zonder middelen, welke vooruitzigten met die vier kleine moederlooze weezen zeer zorgelijk zijn.

Corn: Dan: Baars

Den 24 Oct: 1813.

La Commission nommé par Mr. le Sous Préfet pour recevoir les titres  des creanciers de la commune d ‘Arnemuiden.

Après la cloture et l ‘envoij des Étas des dettes de nôtre commune  nous recevons differente pretensions en faveure des Messieurs  B en J van de  Kreke des années de 1786 jusqu á 1795.

Ces prétensions n’ ont pas point être reconnues par le Conseil Municipal, vu qu ‘on nous a pas presenté les Comptes, et que les affaires  ij mentionnée et dont les prétensions proviennent ont eu lieu avec les Ballifs  et le Tribunal du Justice de cette commune, don’t les membres sont déjà tous decédés.

Nonobstantque nous ne sont pas dans le cas de reconnâitre les prétensions, et que nous sommes bien étonné, que pendant plusieurs années que nous nous trouvont membres de la municipalité de cette commune, que nous avons jamais entendu de ces pretensions ni recu des notes ou comptes …? D’  en former un état particulier et supplementaire des dettes de cette commune, que nous prénons la liberté de vous faire parvenir.

Corn: Dan: Baars

C: Crucq

Mr. van Eenennaam

Le 30 Oct. 1813.

À Monsieur le Sous Préfet

J  ‘ai l  ‘honneur de vous rapporter que dans les salines de ma commune, il se trouve actuellement le quantité de 265 sacs de sel.

C.D. Baars

Le 31 Oct. 1813.

Idem

J ‘ ai l ‘ honneur de vous accuser la reception de vôtre lettre du 26 du mois passé, conduisant copie d ‘une lettre de Mr. le Commissaire des guerres, relativement à  la liquidation des fournitures et convois ?  militaires.

C.D.Baars

À Monsieur le Capt. De Vaisseaux

Chef maritime à Flessingue

Je viens d’  apprendre qu ‘ un ordre de Mons le Capitaine du Stationnaire de Veere, est venu aux patrons Pêcheurs  des grands bâtiments  de ma  commune, pour se rendre  le plutôt possible avec leurs bâtiments, dans le Port de Veere.

Ces patrons  se sont presentés vers moi, afin de m ‘addresser en leurs faveurs chez Mons. Le commandant de la Marine.

Très volontiers, je fait tous pour mes pauvres administrés  ce que je crois, ce que leur peut favoriser et ce qu’ il est pour le bienfait de ma commune, et convaincu si les pêcheurs de ma commune  doivent rester  à Veere pour naviger  de ce port; qu ‘il ne peut pas venir un ordre plus dommageux et mineur pour tous mes habitans que celle mentionés.

Je prend don’t la liberté de vous observer

1. que pas une de les batiments  sont?? Plus en mer avant le mois de mars prochain, et que plusieurs ont demonté leur batiments des Arles??, Cordes etc

2.que quelques ont le dessin  d ‘aller à la pêche d ‘harang, ce qui  se fait dans l ‘Interieur comme dans le Sloe, Rammekens et devant Flessingue.

3.Que quand ils doivent rester à Veere, ils ne peuvent pas vendre leur harang, comme cela se fait ici par ? les femmes, qui vont ce vendre dans tous l ‘Isle , et qui trouvent avec cela leur subsistances, pendant l ‘hiver, et parmi les femmes se trouvent plusieurs veuves et femmes don’t leurs maris sont dans le service maritime.

4. Que le passage d ‘ici á Veere est d’un heure et demi à marcher et bien mauvais, cependant que les pêcheurs doivent de semaine retourner chez eux pour provision de ……….et autres besoins etc.

Enfin que cela servit bien dommages pour les boulangers, Boutiques, Constructeurs des batiments tricoteurs des filets ets et tous les habitans  parce que l ‘un avec l’ autre trouve  à vivre et leur subsistances ; cependant que ceux qui sechent (drogen ?) l ‘harang comme harang soré ??, eu perdus aussi beaucoup, si ? que le transport de Veere à cette commune est très nuisile.

J ‘ espère que ces motifs de mes reclamations vous trouverez juste et convenable , et que vôtre bonté daignera de supprimer l’  ordre que Mr. le Commandant de stationnaire a donné à mes pêcheurs , je vous prie donc Monsieur laisser ? mes administrés avec leurs batiments à cette place, pour le bienfait et prosperité de ma commune et pour que beaucoup des pauvres  trouve  à subsister dans l  ‘hiver qui va commencer.

L ‘un(e) des porteurs de la presente et le prud’homme de ma commune, qui vous donnera toute information qu ‘il vous daignera  des lui requiré ??

J ‘ai l  ‘honneur de vous saluer avecun parfait respect.

C.D.Baars

Le 5 novb: 1813.

À Mons. Le Capt: de la Comp.

Gardes côtes à Veere.

Mardi passé j  ‘ ai fourni un homme pour completer le Contingent de ma commune, qui est approuvé et accepté ;aujourd’hui je recois une Missive de Monsieur le Sous Préfet qui m ‘invite de m ‘ informer si mon contingent est complét, et de lui faire de rapport avant le 9. du courant néanmoins que je crois que je  n ‘ ai à fournir,  je vous invite de m ‘accorder avec le porteur de la presente une réponse si mon contingent est complet.

Le Maire susdit

Corn: Dan: Baars,

Le 6 Nov. 1813.

À Monsieur le Sous-Préfet

Au reçu de vôtre lettre du 4. du courant j ‘ ai d’abord écrit à Mr. le Capt. De la Comp. gardes côtes à Veere , ou les hommes de ma commune sont toujours incorporé, pour être informé si mon contingent de ma commune est complet, le réponse que je recois aujourd’hui me dit, que l ‘homme qui a été presenté mardi le 2 de ce mois, a  été accepté mais pas  incorperé dans la comp. De Veere, et que Mons.  Le Capt. Pense qu ‘ il est dans celle de Flessingue; cependant que je vous puis informer que cet homme suivant le lettre de Mr. Le Capt. De la Comp. De Flessingue que j  ‘ ai reçu hier est accepté comme remplacant pour celui que j  ‘ avais designé , et requi de le faire conduire à Flessingue par le capereau (familienaam ?) porteur de la lettre susdit, parce que il ne s’etait ? pas rendu à sur le 5 du courant comme il avait recu l’  ordre du dit capitaine, à quel invitation j ‘ai satisfait,en lui envoijant avec le dit caperceau ? à Flessingue, pourquoi il me reste à ce moment plus à fournir.

Corn: Dan:Baars

Le 7 Novb: 1813

Idem

J ‘ ai bien reçu vôtre lettre du 5 du courant avec des Imprimés pour rediger par la Site les Enrolemens volontaires, qui seront faits devant moi

C.D.Baars

Le 11 Novb. 1813

Idem

J’ ai l ‘honneur de vous faire parvenir le rélevé de ressources de ma commune en foin, paille, avoine et bestiaire, au 1e du courant,rédiger en vertu de vôtre lettre du 7. de ce mois.

J ‘ai l  ‘honneur d  ‘être avec un parfait respect.

C. D. Baars

Le 12 Novb. 1813.

Idem

En vertu de vôtre lettre du 11 du courant No 501 j’ ai l ‘ honneur de vous faire parvenir les renseignements sur la fabrication du Beurre et du Fromage compris dans le tableau ci joint.

C. D. Baars

Le 13 Novb. 1813.

Idem

Par la présente j  ái l  ‘honneur de vous rapporter que dans les salines de ma commune il se trouve actuellement 226 sacs de sel.

C.D.Baars

Le 15 novb. 1813.

Aan d ‘Heer Predikant

P. Hondius te Arnemuiden

Wel Eerwaardig Heer !

Eene Missive van den Heer Sous Préfet van den 18 dezer maand heden ontvangen, herinnerd mij aan de aanschrijving van den Heer Préfet van den 20e Julij ll, waar bij het Jaarlijks feest van de Krooning van Z.M. den keizer word bepaald op den Eersten Zondag in de maand December aanstaande,met aanschrijving om dit gedenkwaardig feest met allen mogelijken Luister te vieren.

Gaarne zoude ik het zelve als in het Voorgaande Jaar eene Godsdienstige rigting geven; waarom ik UwEerw vriendelijk verzoeke om bij den morgen Godsdienst van dien dag in den gebede daar aan te gedenken, en het overbodig achtende om daaromtrent UwEerw: iets meer voor te houden, als volledig vertrouwende zo op UwEerw: welwillendheid als Wijsheid om aan de Intentie van d ‘Heer Sous-Préfet te beantwoorden, zo heb ik d ‘Eer met veel hoogachting mij te teekenen.

C.D.Baars

Den 22 Novb. 1813.

Idem

En vertu de l ‘arrêté de Mr. Le Préfet du 23 du courant, j  ‘ ai  l  ‘honneur de vous informer que la situation de ma commune est très bon, étant tous en tranquilité, et que je  n ‘ai ni le moindre crainte quelle sera interrompus.

C.D. Baars

Le 24 novb. 1813.

Idem

Pour satisfaire à vôtre invitation, par vôtre lettre de hier, je vous fait parvenir copie du proces verbal, qui conste que je suis avec mon adjoint réunis à la maison de ville, et rester en permanence jusqu ‘à nouvel ordre en vertu de l ‘arrêté de Mr. le Préfet du 23 du courant,

C.D. Baars

Le 25 Novb. 1813.

Idem

Jusqu’à la tranquilité n ‘est pas interrompu dans ma commune, et tous est en repose. Cependant que l  ‘ordre est maintenu, et je veillerai de le garder si longtemps qu’il me sera possible, et en cas contraire je vous informerai sur le champ.

C.D. Baars

Le 25 Novb: 1813

Los papier

Ter gedagtenis

Aan Daniel van Belsen voor het edelmoedig melden van Een vischer met zijn schuit, op het punt van te vergaan, in de zee voor Domburg den 5. Augustus   1811/ 1812 ?

Idem

J’  ai l  ‘honneur de vous rapporter, que la situation de ma commune est encore le même de hier, que la tranquilité publique n’ est pas troublé, que tous est en répos, que la police veille, et que  je ne doute pas ou elle sera conserver.

C.D. Baars

Le 26 Novb. 1813.

Idem dito voor le 27 novb. 1813.

Aan d ‘ Heer Capteijn Mommaas

À Medenblik

Mijn Heer de Capiteijn

In minzaam antwoord op UEd: Missive van den 20 dezer maand diend, dat ik dadelijk onderzoek gedaan heb naar den gedeserteerden A. de Ridder ; dat denzelven tot heden zich nog niet in mijne gemeente vertoond heeft, dat ik zijn moeder en vrouw er van onderrigt heb, en voorgehouden het ongeluk dat hem zoude treffen ingeval hij bij hun komende niet dadelijk naar zijn boord retourneerde, terwijl ik zo dra hij hier mogt komen, hem dadelijk daar toe ernstig zal aadringen.

Ik heb d ‘Eer met alle achting te zijn.

UWD Dienaar

De Maire van Arnemuiden

C.D. Baars.

Den 27 Novb. 1813.

À Monsieur le Sous-Préfet

Mon rapport  à égard de la situation de ma commune est le même de hier, vu  que tous est ici en bonne ordre et très tranquille.

C.D. Baars

Le 28 Novb. 1813.

Idem

J ‘ai l ‘ honneur de vous informer que dans les salines de ma commune il se trouve  le quantité de 195 sacs de sel.

C.D. Baars

Le 30 Novb. 1813.

Idem

J’ ai l  ‘honneur de vous envoijer un Etat du chirurgiens, domicilié dans ma commune, en vertu de vôtre lettre du 25 Novembre dernier qui m’ est parvenu le 30 du dit mois.

C.D. Baars.

Le 1 Decbr. 1813.

À Monsieur le Capt. De Port.

Sur cet instant j ‘apprend l’  Émbargo sur tous les pêcheurs des grands et pétits batiments, et voilà il sont privé de chercher les subsistances  pour leur pauvres familles.

Il y a quelque pêcheurs, qui ont leur filets cordes  etc. nommé Kuijlen à le coté de Flessingue.

S ‘il leur n ‘est pas permis d ‘aller chercher cela voilà ni seulement un grand dommage, mais une ruine, puisque ce Kuilen coute eaucoup.

Je vous prie en leur noms de les accorder, qu’ ils allent chercher les filets et cordes, et de faire tous qu  ‘il est possible que l ‘ Embargosoit bientôt levé

J ‘ai l  honneur de vous saluer cordialement.

C.D. Baars.

Le 5 Decb. 1813.

À le Sous-Préfet.

En vertu de vôtre lettre du 5 du courant, que j’ ai reçu aujourd’hui, et par le quel  mon contingent ouvriers est fixé à 34 . non compris le 23. ordonné par vôtre lettre du 27 Novb. Dernier, j ‘ai désigné 57 personnes de ma commune dont la pluspart sont pêcheurs,  à cause que je n’ ai que 24 ouvriers, dans ma commune, qui ont été au travaux la sémaine passé.

Ce pêcheurs sont s ‘addresser chez moi, en déclarant qu ‘il était incapable de faire l ‘ouvrage , en observant qu ‘ils sont dans le Cas d ‘être requis, pour faire des transports avec leurs batiments , comme cela a plusieurs fois eu lieu, et par cela eu double requisitions.

Néanmoins que je l ‘ai pas exempté , je suis convaincu de leur incapacité à faire l  óuvrage requis, et que leurs observations sont juste; j ‘ai cru de porter sous vôtre yeux  les déclarations et observations mentionné, et  je prend la liberté de vous prier devouement qu ‘il vous daigne de faire tous vôtre possible de deminuer le contingent de ma commune, au nombre des autres communes rurales , qui sont tous des fermes/fermiers et ouvriers, cependant que la mienne sont presque tous des marins.

C.D.Baars.

Le 6 Decb. 1813.

Idem

Par décret de sa Majesté Impérale en date du 6 Novb. 1813, étant nommé aux fonction de Iuge de paix du Canton de Veere, donc j’ ai reçu connaissance de Mr. Le Procureur Impérial près  le Tribunal de premiere instance à Middelbourg, par sa lettre du 4 de ce mois, à charge d ‘opter entre cette fonction et celle de Maire que j ‘occupe actuellement.

J ‘ai l  ‘honneur de vous informer que j  ‘ai accepté le fonction de Iuge de paix du Canton Veere et que j ‘entrerai en fonction le 13 prochain, de quel raison je vous prie d ‘accorder ma demission comme Maire de la commune d ‘Arnemuiden.

J  ‘ai l  ‘honneur de ma signer avec un parfait respect.

C.D. Baars.

Le 10 Decb. 1813.

À Mr. le Gouverneur

Des Isles de la Zélande.

Monsieur le Gouverneur.

J ‘ai l ‘honneur de vous rapporter, que vôtre ordres de hier donnés à moi sont executé, tous les bateaux grand et petit sont parti et se rendu à Rammekens excepté trois grand et trois petit qui n’ ont pas été dans l’ impossibilité à cause de peu de l ‘eau qui est ? actuellement avec ce vent  mais partiront dans cette sémaine quand l ‘eau leur le permet.

Le pauvrété et misère de beaucoup de mes administrés  me fait prendre la liberté de m ‘addresser à vous, mr. Le Gouverneur en leur faveur, et de prier respectueusement vôtre bonté daigne de leur accorder, qui vont de jour en jour à leurs filets étendue devant Flessingue , de faire ainsi la pêche, pour trouver de subsistance pour leur famille, et de rentier chaque jour sous le fort  de Rammekens, alors il sont toujour sous  les batteries et ils trouveront encore à vivre.

Je puis vôtre bonté d’ accorder ma démande à les pauvres malheureux, et j  ái l  ‘honneur de me signer devouement.

C.D. Baars

Le 12 Decb. 1813.

À Monsieur le Sous-Préfet

J   ‘ai l ‘ honneur de vous rapporter que dans le primestre d ‘Octobre de cette année, aucun individu  m ‘a été signifiée pour être inscrit sur le Journal des Conscrits  rétardataires ou refractaires.

C.D. Baars

Le 15 Decb. 1813.

Idem

La quantité de sel qui se trouve actuellement dans les salines de ma commune  à 174 sacs de sel.

C.D.Baars

Le 15 Dcb. 1813.

Idem.

Une Compagnie des troupes coloniales étant venu cantonné dans cette commune pour surveiller la poste de Sloe, je recois du capitaine une réquisition de delivrer chaque jour une demi kilo de chandelle pour éclairer les Corps de gardes, qui est augmenté d’ un demi kilo pour faire les rondes “aussi me demande tous ? un guide pour faire  le …….?” Dans la nuit que je ne peut pas donner sans paijement, et à cet effet  il n ‘y a plus de crédit ouvert, ou rien allouée au budget de l ánnée courante, je vous prie de  m’ informer ce que je doit faire dans cette circonstances, ou de m’  accorder un tantième sur les dépenses imprévues de cette année.

Pour cet nuit j ‘ai donné des chandelles et une guide et je joint ici la première requisition.

C.D. Baars.

Le 16 Decb. 1813..

Idem

Monsieur le sous Préfet !

J ‘ai l  ‘honneur de vous faire parvenir le procès verbal du Conseil Municipal contenant les déliberations à égard des ouvriers à fournir à Veere paijer en avance par cette commune en vertu de vôtre lettre du 11 de ce  mois

C.D. Baars

Le 16 Décembre 1813.

Idem

Pour paijer les centimes additionnelles montant à fr. 2.65 que ma commune est due, je  n ‘ai pas crédit ouvert ou allouée, pourquoi je vous prie m ‘accorder  à l ‘imputer sur les dépenses imprévues de l  ánnée courante

C.D. Baars

Le 18 Decembre 1813.

Idem

N.B. Hieronder ondertekent voor het eerst de adjoint maire C. Crucq.

D’ après vôtre lettre du 17 du courant à l ‘egard de faire déposer à la mairie, les fusils que les habitans ont à leur disposition, j ‘ai l  ‘honneur de vous rapporter, que j ‘ai sur le champ à cet effet fait un avis, & que  jusqu ‘à présent il sont deposer à la mairie   fusils de chasse.

C.D. Crucq

Adjointmaire

Le 22 Decembre 1813.

Idem

En vertu de l ‘arrêté de Monsieur ke Préfet du 21 de ce mois que je viens de recevoir de vous à l ‘’egard de prouves que j’ ai satisfait  à toutes les réquisitions qui m ónt été demandées jusqu’à ce jour.

J ‘ai l  ‘honneur de vous rapporter que néanmoins que j’  ai reçu des bons pour le voitures réquis ou quelques pièces  constatantes que j ‘ai obéis.

Je puis vous assurer que je n  ái manqué aux réquisitions qui me sont parvenues, même à celles qui me sont faites sans écrit comme celle de 40 hommes, non compris les 15 à Veere  qui m ‘est faite avant hier pour faire  un rétranchement au port de cette commune  ainsi que les sont iles  ij besoin ??

C. Crucq

Adjoint maire

Le 24 Décembre 1813.

Idem

Hier au soir Mr.le Commandant de cette commune m ‘a réquis par écrit de lui transmettre les fusils que les habitans  de ma commune avoient déposé à la mairie. J ‘en ai satisfait en lui remettant 25 fusils, et je suis informé que le dit commandant les a fait transporter le matin avec la voiture qui va chercher des vivres à Flessingue.

J ‘ ai cru de mon devoir en joignant la réquisition en original de vous en faire rapport etc.

C. Crucq  adjointmaire

Le 25 Décembre 1813.

À Monsieur le Commissaire de guerre !

Les deux chasseurs que vous m’  avez envoijés à cette commune, m ‘ont transmis vôtre lettre d ‘aujourd’hui parle quel vous m  ‘indiquez le ration que les chasseurs doivent recevoir & don’t j  ái donné l ‘ordre requis

Cependant que je vous ferez par suite parvenir le prix de chaque ration pour en recevoir le remboursement (= terugbetaling)

C. Crucq   adjoint Maire

Le 26 Xbre 1813.

À Monsieur le Procureur Imperial

J ‘ai l  ‘ honneur de vous rapporter que pendant le trimestre de Juillet de l ‘année courante, aucun jugements de police prononcant de l ‘ emprisonnement aijant été par moi.

C. Crucq

Le 31 Xbre 1813.

à Monsieur le Sous Préfet.

J ‘ai l  ‘honneur de vous rapporter que dans les salines de ma Commune, il se trouve actuellement le quantité de 229 sacs de sel.

C. Crucq

Le 31Xbre 1813.

Idem

Monsieur le commandant de cette commune exige qu ‘il soit une garde  à la mairie, pour en satisfaire il est quelques réparations très urgentes ,don’t j’ ai fait faire un devis Estimatif en double, que j  ‘ai l ‘honneur de vous faire parvenir.- Cependant que je vous prie de m’  accorder à imputer  le payement de cette commune, montant à fr. 19.66 sur les dépenses imprévues alloué au budget de l ‘ exercice  courante

C. Crucq

Le 27Xbre 1813

Idem

Vôtre lettre du 15 du courant …..parvenu ce soir, qui contient que ma commune doit dans le  7 ….d’artillerie à Middelbourg  tous ? les six jours fournir 4 chariots attelés de deux cheaux,  j’ ai d’ abord ordonné à cet égard  des ordres requis pour en saitisfaire ponctuellement.- Cependant Monsieur j’ ai raison des plaintes du contigent dont ma commune est fixée

…. Pour ce cantonnement qui se trouve ici, tous les quatre jours chercher des vivres à Flessingue, et un chariot pour le chauffage  ce qui ne cessera pas si longtems qui les troupes demeurent dans ma commune où le commandant devait recevoir des ordres de Mr. le Gouverneur de ne plus faire des requisitions des chariots & qu ‘il devait se addressera au parc de Middelbourg.

Je prends en consequence la liberté de m ‘addresser à vous & de vous prier de deminuer le contigent de ma commune qui n  ‘a que sept paijsans  et  deux  laitièra qui n’ont que chacun un cheval et un cocher. Autant que vous trouverez convenable pour ce tems  que ce cantonnement resterai ici.

C. Crucq.

Le 29Xbre 1813.

Aan de Heer Ontvanger

Ik heb aan UEd: verzoek voldaan en niet alleen  mijne inwooners op de gewone wijze bij omroep ernstig aangemaand om de 2/3  van de addtitionele centimes voor het einde van deze maand ten kantore van Ued: te komen voldoen tot voorkoming van contrainte; maar daar en boven nog onderscheidene malen daar toe welmeenend aangedrongen. Dan  behoef ik UEd: te zeggen dat zij doodarm zijn en het meerderdeel in de vischerij hun bestaan vindende; dadelijk veertien dagen in dat hun beroep zijn belet geworden, en dus zelve het noodige voor levensonderhoud missen Ik vertrouw UEd: zijt daarvan overtuigd; waarom ik de vrijheid gebruike UEd: vriendelijk te soliciteren om alle mogelijke consideratien  met mijne inwooners te gebruiken en daar waar zulks vereischt word hun ten voorspraak te verstrekken om alzo de gewillige doch onmagtige te verschonen en te bevrijden van kosten, en inderdaad bij niet weinige zult UEd: contrainte kunnen zenden waarvan de kosten zouden kunnen gerecouvreerd worden.

C. Crucq

Den 30 Dec. 1813.

À Monsieur le Sous Préfet

J ‘ai l ‘honneur de vous rapporter que je n ‘ai paijé aucun frais pour les forcats librés sortant des bagnes et dirigés sur les lieux destinés à leur résidance pendant le trimestre de Juillet 1813.

C. Crucq.

Le 1 janvier1814

Aan den Kerkenraad

Van Arnemuijden

Weleerwaarde Heer Geachte Broeders !

Om te voldoen aan het besluit van den Heer Préfet van den 27 December laatsleden waarvan ik U Eerwaardens een exemplaar toezend, vind ik mij genoodzaakt om binnen den tijt van 24 Uren schriftelijk opgaaf te verzoeken  van de weezekinderen, welke in de termen vallen van bovengemeld besluit

In die verwachting heb ik de eer UL van mijne achting te verzekeren En noem mij.

Uwe Eerwaardens DW Dienaar

C.Crucq.

Den 3 Janvier 1814.

À le Sous Préfet

Pour satisfaire au contenue de vôtre Lettre de 31 Decembre dernier No 616 à l  ‘’egard des sommes accordelés sur les dépenses imprévues des  18 3 ? J ‘ai l  ‘honneur de vous informer  que pendant l ‘ exercice expiré j’ ai recu les autorisations suivantes

Le 28 Mai 1813 pour frais d  ‘organisation de la Garde Nationale                         fr. 67

Le 27 Juillet1813 pour supplement de Water en Dijkpenningen                                   2- 20

Le 25 Août 1813 pour les statistiques du departement                                                   6

Le 15 Juillet 1813 pour le chemin à sable                                                                   100

Le 9 Août 1813 pour plantation de arbres                                                                   150

Le dito pour salubreté                                                                                                    30

Le 23 Octobre 1813 pour water en dijkpenningen de 1813                                           52-98

Le 2 Decembre 1813 pour couvrir aux dépenses de la

Compagnie de reserve                                                                                                    22

Le Decembre 1813 pour des chandelles au corps de garde

& pour le Guide                                                                                                                9- 50

Total                                                                                                                           fr. 593- 68

Non compris les fr. 52.98 cent pour imposition de water en dijkpenningen de 1812 autorisé le 23 Octobre 1813 sur la fonds disponibles sur la caisse à regulariser au budget de 1814.

C. Crucq

Le 9 Janvier 1813.

Idem

J ‘ ai l ‘honneur vous faire parvenir le tableau de la situation & des produits des fabriques de ma Commune pendant le trimestre d ‘Octobre   1813.

C.Crucq.

Le 9 janvier 1813.

Idem

En vertu l ‘ arrêté de Mr. Le Sous Préfet de 27 Decembre 1813  à l  égard des Orphelins alimentés par la direction des pauvres, j ‘ai l ‘honneur de vous rapporter que nonobstant qu ‘il m’ était bien connu qu ‘il n ‘existait point dans ma commune des Orphelins mentionnés dans le susdit  l árrêté Je me suis informé près la direction de pauvres qui m’ ont rapportés par une lettre d ‘aujourd’hui qu ‘aucun pupil recoit  quelque alimentation ou se trouve sous leur direction.

C. Crucq

Le 4 janvier 1814.

À Monsieur le Fontaine

Pour satisfaire à vôtre lettre du 25 Decembre dernier No 454, J ‘ai fait donner aux chasseurs le fourages pour les chevaux des dits chasseurs comme vous m’avez prescrit.

Le prix du foin pour les dix jours est fr. 4 celui de la paille de fr. 3-60  & de l ‘avoine de fr. 10 le tour est fr. 17-60

Je me trouve dans la necessité de vous informer qu’ il n’ij a plus d avoine dans ma commune  `cause que les fermes ne s’ en servent point pour leurs chevaux pour quoi vous me ferez um sensible plaisir de m ‘excuser de fournir de l ‘avoine ou bien en place du remboursement de faire fournir en nature

C. Crucq.

Le 4 Janvier 1813

À le sous-Préfet

J’ai l ‘honneur de vous informer que pendant le trimestre d’ octobre dernier aucun passeport à l ‘intérieur a été délivré par mon predecesseur.

C.Crucq

Le 5 Janvier 1813.

Aan den Kerkenraad

Van Arnemuiden.

Weleerwaarde Heer, Geachte Broeders !

In de moeijlijke omstandigheden waarin dit eiland zich bevindt, zie ik mij andermaal door den Heer Préfet benoemd om den afgetreden Maire  dezer Gemeente, welke met die van Vrederegter is begunstigd in genoemde Post op te volgen.

Hoe ongaarne ook heb ik ter vermijding van grooter kwaad, mij gedrongen gezien dezelve te aanvaarden.

Ik geef er Uw Eerwaardens kennis van, en het zal mij regt aangenaam zijn wanneer UWEerw door des zelfs invloed bij de Gemeente mij in die moeijlijke bediening gelieven te ondersteunen en bijzonder om zooveel doenelijk harten handen te vereenigen tot waar heil van dit volk. Waar toe ik UwEerw vriendschappelijk uitnoodige terwijl ik zooveel in mij is gaarne daartoe zal werkzaam zijn, en om de tegenspoeden onder Gods zegen te leenigen, en vrede en welvaardt te bevorderen.Mij in Uw Eerw voorbeede aanbevelende  betuige ik met wareee hoogachting te zijn

Uw Eerw. DW Dienaar

C. Crucq

Den 5 Januarij 1814.

À Monsieur le Sous-Préfet

J ‘ai l ‘honneur de vous proposer pour la fonction d’ adjoint Maire de cette commune en me remplacant les Sieurs Cornelis Kramer, Coenraad de Jong & Huibrecht Willem Hoogerheijde.

C.. Crucq.

Le 6 Janvier 1814.

à  Mr. Le Commissaire

Je vous fait parvenir un Bon ou Certificat de Mr. le Commandant de cette Commune par le quel vous verrez que j ‘ai été dans la necessité de fournir une voiture le 1-2-14 du courant et le 9 &10 prochain . Je dois encore fournir un voiture Je vous prie que cette fourniture voilà compte et que vous exemptez une voiture des quatre que je dois fournir par de Middelbourg ou bien de les laisser rétourner  le second jour de leur arrivement à Middelbourg.

Le Maire

C. Crucq

Le 7 Janvier 1814

Monsieur le Capitaine !

En réponse  de vôtre lettre d’aujourd’hui j ‘ai  l ‘honneur  de vous informer que la plupart  des grands et tous les pétits bateaux se trouvent actuellement aux moulins de scies & proche du fort de Rammekens, & je ne peut pas donner cet ordre avant qu”ils ont permission de retourner dans ce port . Je saisi cette occasion de vous prier  àfin que les pêcheurs de cette commune recoivent la permission de faire la pêche sous le voile du canon de Rammekens &et de Flessingue afin qu’ils trouvent quelque subsistance pour leurs pauvres familles parce que le misère & la pauvrité monte de jour en jour & qu ‘ils mourront de faim.

C. Crucq

Le 11 janvier 1814.

À Monsieur le Commandant d’ Arnemuijden.

Pour satisfaire au contenue de vôtre lettre d’ aujourd’hu à l ‘égard des rations d’ avoine pour les chasseurs d ‘ordonnance dans cette commune . j’ai de nouveau non seulement  dans ma commune mais aussi dans la plus voisine de Cleverskerk m’ informé pour avoir d’ avoine, mais ne pas pu trouver. Cependant que je n’ ai pas le droit du réquirer dans d ‘autres communes, et aussi pas la libre disposition sur la caisse municipale pou en faire  l ‘achat comme il vous est connu raison de quoi je ne suis pas à même nonobstant que j ‘aime à donner tout contentement et que je crains des difficultés d’ en satisfaire.

J ‘ai ? donné connaisance à Monsieur le Commissaire de guerre &  l’ invité de m ‘en procurer ….. faire savoir  comment faire pour avoir les rations pour les dits chasseurs.

Le Maire C.Crucq

Le 12 Janvier 1814.

À le Commissaire de guerre à Flessingue.

Monsieur !

Les chasseurs postés pour ordonnances dans cette commune me demandent de jour en jour pour les rations d ‘avoine.

J ‘ai fait donné ce qui se trouvoit dans  ma commune pour ……… invitation du messieurs les maires de Nieuw et Sint Joosland  deux sacs  et j’ai fait demandé à monsieur de Cleverskerke qui m ‘a  repondu ‘il n ‘ ij a pas d’  avoine dans ma(sa) commune.

Je vous prie monsieur de me faire savoir comment faire pourque les chasseurs recoivent les rations d ‘avoine fixés.

J ‘ai l ‘honneur d ‘être respectueusement

Le Maire

C. Crucq

Le 12 janvier 1814

Ga naar boven